Maîtrise de l’énergie Vers l’obligation de l’étiquetage des produits électroménagers





En vue de consolider davantage les modalités mises en œuvre pour la maîtrise de l’énergie, la nouvelle loi relative à ce chapitre adoptée en août 2004, prévoit bon nombre de mesures. L’étiquetage des matériels électroménagers par des indicateurs de consommation d’énergie serait, entre autres, obligatoire. Tunis - Le Quotidien L’Agence Nationale pour la Maîtrise de l’Energie a organisé hier un séminaire d’information sur la nouvelle loi n° 2004-72 du 02 août 2004 relative à la maîtrise de l’énergie qui constitue une unification des différents textes en vigueur régissant la consommation de l’énergie dans ses différents aspects (Industriel, domestique). L’Agence Nationale pour la Maîtrise de l’Energie (ANME) a été en fait créée conformément à l’Article 28 de cette même loi pour remplacer l’Agence Nationale des Energies Renouvelables (ANER). M. Nabil Meddeb, Directeur de la sensibilisation, de l’information et des relations publiques à l’ANME, signale à ce propos que la mission de l’Agence a été redéfinie pour répondre aux nouvelles exigences du secteur de l’énergie. “La maîtrise de l’énergie est un processus qui joint trois dimensions : une consommation rationnelle, le développement des énergies renouvelables et enfin les perspectives pour la prospection des énergies de substitution. Ces trois axes qui impliquent tous les intervenants dans le domaine de la consommation de l’énergie forment, à cet effet, les grands axes de la politique générale de la Tunisie en matière de maîtrise de l’énergie. Cette nouvelle loi prévoit un nombre de mesures à même de restructurer les dispositifs mis en place pour la rationnalisation de la consommation de l’énergie. Dans le secteur de l’industrie, la nouvelle loi stipule de réviser à la baisse le seuil fixé aux établissements assujettis à un audit énergétique périodique. Cet audit sera généralisé sur tous les établissements à caractère industriel ainsi que ceux opérant dans le transport. Pour l’industrie, les entreprises assujetties ont été formées uniquement d’industries dont la consommation en énergie électrique est supérieure ou égale à 2000 tonnes équivalent pétrole (TEP). Avec la nouvelle loi, ce seuil a été porté à 1000 TEP afin que la contrainte de l’audit énergétique touche le maximum d’entreprise. Pour le secteur du transport, le seuil a été porté de 1000 à 500 TEP. M. Nabil Meddeb souligne dans ce sens que le bilan énergétique de la Tunisie place toujours le secteur industriel en tête des secteurs-consommateurs de l'énergie avec une part qui dépasse les 40% des ressources énergétiques destinées à la consommation. 33% sont accaparés par le secteur du transport, 20% pour les établissements à caractères administratif et domestique et 7% pour l’agriculture. * Etiquetage obligatoire M. Mounir Bahri, directeur à l’ANME, indique à propos de la consommation énergétique dans les ménages que l’Article 8 de la loi relative à la maîtrise de l’énergie prévoit l’obligation de l’étiquetage des matériels, appareils et tout équipement électroménager. Cet étiquetage indique le niveau et les performances énergétiques de chaque appareil. Tout fabriquant, importateur, vendeur ou locataire de matériels électroménagers en Tunisie doit, à cet effet, garantir l’existence de cette indication renseignant sur le niveau de la consommation de l’énergie. “Dans une première étape cette mesure portera uniquement sur les appareils de refroidissement (réfrigérateurs, congélateurs, climatiseurs ...)” précise le responsable de l’ANME. “Elle devrait être généralisée dans une phase antérieure sur les différents autres équipements électroménagers” a-t-il ajouté. Une campagne de communication et de sensibilisation orientée vers un grand public est déjà en cours d’élaboration pour durer trois ans afin de vulgariser tous les axes que comporte cette stratégie de maîtrise de l’énergie, a-t-on pu apprendre. Hassen GHEDIRI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com