Attentats au Sinaï : 13 suspects sous surveillance





La police égyptienne a mis sous surveillance 13 suspects susceptibles d’être impliqués dans les attentats de jeudi au Sinaï. Sur le terrain, les équipes de secours égyptiennes et israéliennes tentaient hier encore de retrouver des survivants dans les décombres. Le Quotidien - Agences “Treize suspects parmi les personnes susceptibles d’être impliquées dans les attentats sont actuellement sous étroite surveillance” a indiqué cette source sans préciser leur nationalité, ni s’ils ont été mis en détention préventive ou interpellés. Il s’agirait d’habitants du Sinaï, essentiellement des bédouins, et/ou d’habitués des hôtels et des camps de vacances dans cette région très touristique, selon cette source. La section anti-terroriste du parquet égyptien a été chargée de l’enquête. Les trois attentats jeudi soir contre des lieux touristiques fréquentés par des Israéliens dans le Sinaï ont fait au moins 33 morts, selon un dernier bilan de l’armée israélienne. Les enquêteurs penchent vers l’hypothèse d’un attentat commis par le réseau Al-Qaïda, en s’appuyant sur une des trois revendications, au nom du “Martyr Abdallah Azzam” - un des inspirateurs d’Oussama Ben Laden - mais ils affirment n’avoir aucun indice matériel à l’heure actuelle, ni même avoir authentifié les revendications. D’autres part, le laboratoire scientifique de la police égyptienne est en train de reconstituer la plaque d’immatriculation de la voiture piégée, un 4x4 de marque Ford, qui a explosé dans le hall de l’hôtel Hilton de Taba, détruisant une aile de cet établissement de plus de 400 chambres. La charge de 100 kilogrammes d’explosifs qu’elle contenait a sans doute été installée en Egypte, selon un spécialiste des mouvements terroristes. Il affirme qu’il y un peu plus d’un an, la police avait déjoué un attentat contre une ambassade étrangères et trouvé de grandes quantités d’explosifs chez ses auteurs. “Il est impossible de faire franchir la frontière égyptienne à une voiture chargée d’explosifs”, selon ce spécialiste. Coopération Sur le terrain, trois corps ont encore été retirés hier des décombres de l'hôtel par des secouristes égyptiens, des sauveteurs civils et des militaires israéliens. Une trentaine de personnes étaient encore portées disparues, dont les corps pourraient se trouver sous les décombres. Les travaux de déblaiement doivent se poursuivre pendant plusieurs jours, selon les secouristes. L'attentat à la voiture piégée contre le Hilton à Taba, situé côté égyptien de la frontière avec Israël, a quelque peu réchauffé une paix froide conclue en 1979 par les Etats hébreu et égyptien sans trop séduire leurs peuples. La mort et l'horreur ont rendu nécessaire une coopération, la première depuis 25 ans, entre Israël et l'Egypte, qui a immédiatement ouvert ses frontières aux équipes de secours israéliennes, tout en dépêchant les siennes dans la zone sinistrée. L'enclave de Taba avait été longtemps un sujet de dispute entre Israël et l'Egypte avant qu'une Cour internationale d'arbitrage ne donne gain de cause au Caire dans les années 80. Israël espère que les attentats dans le Sinaï vont encourager une coopération avec l'Egypte dans la lutte anti-terroriste. Le chef du Shin Beth, le service de sécurité intérieure d'Israël, Avi Dichter, s'est rendu sur les décombres du Hilton.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com