Mohamed Acheb (Pdt S.T.) : Les cas de Boussaïdi, Arfaoui et la situation financière passés en revue





Deux mois après son retour sur la scène sportive pour présider de nouveau le ST, M. Mohamed Acheb a réuni les représentants des médias au cours d’un point de presse qui a permis de passer en revue l’état des lieux au club du Bardo. On était curieux de voir M. Acheb s’exprimer après une longue absence. Ce fut pour les journalistes une bonne surprise de voir l’homme garder la même éloquence du temps qu’il fut à la tête du club il y a près de dix ans et surtout les mêmes qualités de franchise et de perspicacité. Le débat a touché à tous les problèmes que vit le ST, à la gestion actuelle du club et ses perspectives d’avenir. Le président du ST est encore une fois revenu sur l’état des différentes sections au moment de prendre les rênes. Il a précisé qu’il n’a pas trouvé des sections fonctionnelles et que son équipe a dû faire beaucoup d’efforts pour pouvoir démarrer dans les meilleures conditions. L’héritage n’était pas facile à gérer et il a fallu du temps pour former le nouveau comité directeur et trouver des bénévoles prêts à honorer leur engagement moral pour aller jusqu’au bout. Priorité àl’assainissement Côté finances, M. Acheb a indiqué qu’il a formé une commission composée de cinq vice-présidents (MM. Kamel Kesbi, Ali Labiedh, Raouf Hamrouni, Mohamed Khemiri et Abdelkader Ben Salah) qui sera chargée de l’assainissement financier. Pour le club, il s’agit d’une priorité absolue afin de diagnostiquer tous les maux et passer à l’action pour les éradiquer. Cette commission aura à préparer tout un rapport sur la situation financière du club et le présenter à la tutelle. A la lecture des noms, on remarque la présence de certains membres qui ont travaillé avec l’ancien bureau directeur. C’est que M. Acheb ne néglige point le principe de continuité surtout quand il s’agit de gens qui se sacrifient pour l’intérêt du club et non celui des personnes. Il a précisé que la nouvelle équipe dirigeante a dû intervenir d’urgence pour remettre sur les rails quelques sections délaissées. Ainsi, le staff technique et administratif de la section basketball a été totalement rénové, ce qui est le cas également pour le handball. Quant au football, on a préféré garder le staff technique actuel qui était déjà engagé (contrats signés) avant la tenue de l’Assemblée générale. Ce sont plutôt les sections des jeunes qui ont bénéficié d’une attention particulière en imposant de nouvelles méthodes de travail et en faisant appel à des techniciens capables d’assurer la formation de futurs grands footballeurs. Abordant le sujet délicat du complexe sportif du Bardo, il a insisté sur le fait que la municipalité s’est engagée à accomplir tout ce qui est de son ressort. Le bureau directeur s’est d’ailleurs entretenu à ce sujet avec le maire du Bardo et le ministre du Sport. Il a ajouté dans un style ironique que lors de l’AG, un supporter a révélé que le complexe délaissé, a été envahi par les serpents et les vipères, mais qu’en réalité, il y avait des vipères «humaines» qu’il fallait à tout prix écarter ! Arfaoui n’allaitpas être limogé… Parlant de Moncef Arfaoui, l’actuel entraîneur des Seniors, M. Acheb a estimé que les résultats obtenus depuis le début de la saison sont satisfaisants et que le comité directeur fait confiance au staff technique actuel : «Ceux qui pensaient que Arfaoui allait être limogé en cas de défaite à Sfax ont tort. On n’a jamais pensé à ça. De même, je précise que le contrat de Arfaoui ne contient aucune clause qui oblige le club à lui verser quatre-vingt mille dinars en cas de limogeage. Ce ne sont que des rumeurs sans fondement». Evoquant le départ de Jalel Hergli, le préparateur physique, il a expliqué que ce dernier, pourtant lié par un contrat au club, a préféré partir ailleurs et qu’il va être remplacé par un spécialiste très compétent. Acheb estime que le travail effectué par Hergli n’était pas convaincant puisque les joueurs n’étaient pas capables de lutter physiquement avec les Sfaxiens lors du dernier match et ont éprouvé des difficultés face à des adversaires qui disputaient pourtant leur troisième match en une semaine ! Revenant sur le différend qui a éclaté entre Arfaoui et son adjoint, il a fait savoir qu’il s’agissait d’un malentendu qui a été très vite dépassé puisque les deux hommes n’ont pas mis beaucoup de temps pour se réconcilier. Toujours à propos de Arfaoui, le président du ST a tenu à préciser que toutes les nouvelles recrues ont été recommandées par l’entraîneur à part Celinho qu’on a dû engager à la dernière minute. Autre problème soulevé, celui de directeur technique puisque les rumeurs font état de l’arrivée de Wahid Hidoussi. M. Acheb a démenti cette nouvelle, indiquant que Jamel Naoui, le coordinateur technique, est chargé pour le moment de la direction technique en attendant de faire appel à un technicien de grande envergure pour occuper cette tâche. Le ST n’abdique pas En ce qui concerne le départ du latéral droit Anis Boussaïdi, M. Acheb a rappelé que le contrat du joueur imposait au club de lui verser 120 mille dinars avant le 31 juillet pour rester jusqu’au mois de juin 2006. Deux chèques lui ont été déposés à la FTF (un chèque de 60 mille euros, soit 92 mille dinars et un autre de 28 mille dinars), mais la Fédération a refusé de faire l’intermédiaire. Un huissier notaire était allé lui remettre les chèques à son domicile, mais Boussaïdi n’était pas là, car retenu avec les Olympiques à Athènes. A son retour, on a discuté avec lui et son avocat puisqu’on était tous d’accord pour trouver un terrain d’entente, mais la proposition faite au ST n’était point honorante (2 à 25 mille dollars): «On ne pouvait accepter une telle offre car le ST n’est pas un chacal qui se nourrit des restes» devait dire M. Acheb. L’affaire a été portée devant la commission juridique de la FTF qui s’est réunie et a décidé le lendemain de livrer au joueur son autorisation pour aller jouer en Ukraine. Le ST a fait appel et compte défendre ses droits jusqu’au bout. Le président du ST a également révélé que Boussaïdi lui a fait comprendre qu’il a reçu des offres alléchantes de trois grands clubs tunisiens, mais qu’il ne jouera en Tunisie qu’au ST. Il désirait partir à l’étranger car Lemerre accordait la priorité aux professionnels et il ne pouvait pas concurrencer Trabelsi et Hagui en évoluant dans un club tunisien. Rappelons qu’au cours de ce débat, étaient présents MM. Ahmed Salhi (premier vice-président), Anouar Haddad (secrétaire général), Mohamed Salah Chebbi (trésorier) et Ridha Ouenniche (président de la commission football adultes). Kamel ZAIEM


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com