“Un peu de respect”





Décidément on aura tout vu et tout entendu lors de la vingtième session des Journées Cinématographiques de Carthage. Des journalistes censés accomplir leur mission étaient marginalisés à l’entrée des salles de cinéma compte tenu de l’affluence remarquable de l’assistance. Il se trouve que beaucoup d’entre eux n’ont pu assister à la projection de certains films. Sachant que ceux-ci se contenteraient d’un petit espace pour rester debout ou pour se mettre par terre, les responsables des salles et de la sécurité persistaient à les empêcher d’exercer leur travail. Par ailleurs, le phénomène des portables en pleine projection a établi un record difficile à battre. En effet, en dépit de l’insistance des responsables sur l’extinction des cellulaires, les spectateurs laissent non seulement les sonneries actives mais ils décrochent en engagent la conversation sans gêne en plein film. Au niveau du respect de l’autre, de l’œuvre cinématographique et du lieu, le Tunisien a sûrement des échelons à rattraper. W.H.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com