Oussama Mellouli : Le prix de la persévérance





On parlera encore longtemps sous les chaumières de la performance exceptionnelle réalisée par Oussama Mellouli le samedi 8 octobre 2004 dans le cadre de la Coupe du monde à Indianapolis dans l’épreuve du 400 m 4 nages. Après la médaille de bronze glanée lors du dernier Mondial à Barcelone et l’encourageante cinquième place aux Jeux Olympiques d’Athènes, on sentait le jeune prodige tunisien capable de grandes performances. Après la mise en train des Jeux Panarabes où il s’est distingué comme l’athlète le plus médaillé avec 6 médailles d’or, notre jeune a enchaîné directement à Indianapolis, en ratant de peu la qualification à la finale du 200m NL en se classant 10ème. Un authentique champion Mais Mellouli misait essentiellement sur le 400m 4 nages, sa distance de prédilection, pour s’imposer au plus haut niveau. Son temps de 4’04”90 réalisé à East Meadow (New York) le 26 mars 2004 était de bon augure, surtout qu’il dépassait celui du phénoménal Michael Phelbs (4’06”28), obligé de déclarer forfait pour cette épreuve. Bien qu’il soit en pôle position pour le poste de favori à cette course, Mellouli devait non seulement faire face à ses redoutables concurrents britannique, américain, chinois, japonais, australien..., mais aussi combattre la fatigue due à un harassant déplacement long courrier. Il a dû puiser au fond de ses ressources, lors des séries éliminatoires, pour arracher la 3ème place de la quatrième série en 4’13”06, se classant cinquième sur 27 participants. Des vertus que seul un authentique champion possède et qui ont permis à notre enfant prodige de gommer tous ses soucis pour se présenter à la finale dans les meilleures dispositions d’esprit. Avec des ambitions plein la tête, un courage inébranlable et une détermination sans faille, notre champion a entamé la course de belle manière, prenant le commandement à mi-parcours pour ne plus lâcher prise, malgré le retour du Britannique Robin Francis qui a réduit l’écart qui le séparait de Mellouli de 2”57 à 1”02. Le dernier 100m NL a été fort éprouvant pour notre nageur qui tenait quand même à la victoire et qui est arrivé à toucher le mur le premier, réalisant un temps splendide de 4’07”02, devant le Britannique Robin Francis (2e) en 4’08”06 et l’Américain Eric Shanteau (3e) en 4’08”94. La joie était immense côté tunisien et le nouveau champion du monde de la distance a été longuement applaudi par le public évalué à 10.000 personnes. L’entraîneur Ameur Ben Rekaya et le Kiné Mourad Saddour, qui l’ont accompagné, ne pouvaient plus retenir leurs larmes de joie. Mellouli est bel et bien l’un des meilleurs nageurs mondiaux. Son jeune âge plaide pour un avenir encore plus radieux. Et si on côtoie l’homme de près, si on connaît ses énormes qualités humaines et sportives et la pertinence de ses idées et de son esprit, l’on est convaincu qu’il n’est qu’au début d’une brillante carrière qui va le mener vers d'autres exploits et d’autres réussites. Après cet exploit historique, Mellouli a enrichi son palmarès durant ce Mondial en glanant la médaille de bronze au 200m 4 nages, permettant à la Tunisie de se classer 5ème devant des nations aussi huppées que le Japon.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com