L’Octobre Musical : La guitare enchantée





Les deux guitaristes levallois, Isabelle Héroux et Alain Leblanc se produiront ce soir à l'Acropolium de Carthage dans le cadre de l’Octobre musical. Il y aura de la rythmique et du caractère. «Nous jouerons une composition canadienne «Kamendjo», en hommage à la musique de l’Afrique du Nord», nous a dit Isabelle Héroux lundi dernier quelques instants après son atterrissage à l’aéroport de Carthage. Elle était accompagnée de sa «moitié» Alain Leblanc et paraissait heureuse de fouler pour la première fois le sol tunisien. Ils viennent de la Libye où ils ont donné un concert à Tripoli (le 29 septembre) qui a été suivi de plusieurs concerts, en Algérie notamment, à Oran (le 7 octobre) et Alger (le 10 du même mois). Quant au Maroc, le duo s’y est déjà produit à plusieurs reprises. Les deux guitaristes ont été invités dans plusieurs festivals comme celui des Cordes pincées de Rabat. Isabelle Héroux et Alain Leblanc se sont connus sur les bancs du Conservatoire de Musique de Montréal, ils étaient encore étudiants, partis au départ pour une formation soliste. Ils ont croisé idées et talents et ont vite compris qu’ils formeraient un duo de guitare. Le duo Alba sera fondé en 1987 avec sa propre démarche et son propre style. Tous deux dans leur commune corbeille, un tas de prix comme le Premier Prix de guitare du Conservatoire du musique de Montréal où ils ont affûté leurs premières armes avec Jean Vallières et reçu les cours de Manuel Barrueco, David Russel, Alvaro Pierri, le duo Uto Dorigny et Stephan Rak. Aussi, et de la célèbre Ecole normale de musique de Paris où ils ont parfait leur jeu de guitare, avec notamment Alberto Ponce de 1992 à 1996, ils se voient gratifiés du Diplôme supérieur de conservatoire de musique de chambre. A Cuba, Isabelle Héroux et Alain Leblanc, finalistes au concours international de la Havane, ont mérité les félicitations du jury. Idem au Mexique, en Allemagne, en Italie et dans toute l’Europe. Dans leurs œuvres d’une grande virtuosité, on trouve des airs folkloriques joués avec une technique maîtrisée et une rare sensibilité musicale. Leur répertoire classique est basé surtout sur les musiques du XIXe siècle mais qui ne manque pas, pour un plus large public dans le monde, d’influences de jazz ou sud-américaines. Un récital à ne pas rater... Z.A.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com