Mellouli Champion du Monde aux 400 M 4 Nages : Grande est notre fierté





On ne peut saisir l’importance de l’exploit réalisé par Oussama Mellouli que lorsqu’on assimile sa portée et sa signification. Dans une discipline qui obéit à la loi impitoyable du chronomètre, arriver à «titiller» les meilleurs chronos mondiaux relève déjà de l’exploit. Cela, d’autant plus, que nos nageurs à travers toutes les générations et même du temps de l’âge d’or de notre natation, n’ont jamais pu arriver, malgré le talent indiscutable de certains d’entre eux, à se hisser au niveau mondial. Mellouli qui a, non seulement un talent et de l’ambition à en revendre, doublés d’une personnalité faite d’une seule pièce, a su croire en sa bonne étoile et se frayer un chemin parmi les meilleurs nageurs mondiaux, pour se faire une petite place, en attendant son heure. Crédité d’un temps qui le place parmi les ténors mondiaux, il n’a pas cessé depuis les mondiaux de Barcelone et même avant d’attirer les feux des projecteurs sur lui. Son heure est arrivée enfin le 8 octobre 2004 à Indianapolis. Ce jour-là, au départ de la finale du 400 m 4 nages (bassin 25 m), Mellouli pensait certainement que c’était le moment ou jamais de réaliser un coup d’éclat, surtout que son temps était supérieur à tous ses adversaires. Avec un cœur gros comme ça et surtout une tactique remarquable qui lui a permis de gérer la course à la perfection, il a su tenir le pari de repousser tous ses adversaires et de monter sur la plus haute marche du podium. Imaginez ce nageur tunisien issu d’un pays dont les piscines se comptent sur les doigts d’une seul main, dépasser des nageurs provenant des Etats-Unis et de Grande-Bretagne, de surcroît dans une épreuve considérée comme la plus complète du mondial. Imaginez le drapeau tunisien flotter au firmament entre les drapeaux britannique et américain et l’hymne national monter au ciel et vous ressentirez, sans doute, la même sensation forte que notre champion du monde qui est actuellement, sans conteste, la fierté, non seulement des Tunisiens, mais des Arabes et des Africains. Car, à ce moment-là, le drapeau tunisien qui a flotté dans la piscine d’Indianapolis était le symbole représentatif de tous ces pays, dont l’idole n’était autre que Oussama Mellouli. Au-delà de ce haut fait unique dans les annales de la natation tunisienne et arabe, l’exploit de Mellouli prouve, si besoin est, que notre sport est capable d’enfanter des champions de niveau mondial, lorsqu’il trouve des hommes talentueux certes, mais que l’abnégation et l’amour pour la patrie peuvent métamorphoser, au point de les pousser à franchir les frontières de l’impossible et créer de véritables miracles. Moncef SEDDIK


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com