Ultime débat pour la présidentielle US : Passe d’armes sur la politique budgétaire





• Quand Kerry compare Bush à un parrain de la mafia Le candidat démocrate à l’élection présidentielle aux USA a comparé son rival républicain à Tony Soprano, parrain de la mafia dans une série télévisée. La prise de bec a eu lieu lors de l’ultime débat qui a opposé les deux candidats. Le Quotidien-Agences "Recevoir des leçons du président sur la responsabilité fiscale, c'est un peu comme si Tony Soprano me parlait de la loi et de l'ordre", a estimé John Kerry lors de l'ultime débat télévisé de la campagne américaine. Les deux candidats étaient en pleine passe d'armes sur la politique budgétaire lorsque le sénateur démocrate a invoqué le personnage principal de la série télévisée "Les Sopranos", Tony Soprano, parrain de la mafia du New Jersey à la brutalité imprévisible. Programmée depuis 1999, la série est un des plus grands succès d'audience et succès critique de la chaîne cablée HBO. Sa diffusion en France est déconseillée aux moins de dix ans. George Bush venait d'affirmer que son rival démocrate devrait nécessairement augmenter les impôts et les dépenses publiques pour financer ses promesses de campagne. "Ce président, a poursuivi John Kerry, a pris ses fonctions avec des excédents de 5.600 milliards de dollars et en a fait un déficit aussi profond que l'œil ne peut en voir le fond." A moins de trois semaines de l'élection, George W. Bush et John F. Kerry ont cherché à creuser l'écart, hier. Le Démocrate s'est présenté en "défenseur du travailleur américain". Bush a accusé son rival d'avoir voté "98 fois" pour augmenter les impôts. Les deux hommes se sont affrontés sur tous les sujets de politique intérieure. Les premiers sondages donnent l'avantage à John Kerry. Kerry a accusé son adversaire d'avoir mené une guerre malavisée en Irak, d'avoir perdu un nombre record d'emplois et d'être responsable de la fin de la couverture maladie pour de nombreux Américains. L'actuel président a, de son côté, dépeint le candidat démocrate comme un gauchiste de toujours, adepte de la hausse des impôts et des dépenses de l'Etat. Le candidat démocrate a ensuite attaqué le chef de la Maison-Blanche sur l'emploi. "C'est le premier président en 72 ans à diriger une économie américaine qui a perdu des emplois", a-t-il lancé. "Onze autres présidents, six démocrates et cinq républicains, ont connu des guerres, des récessions, de grandes difficultés. Aucun d'eux n'a perdu d'emplois comme l'a fait ce président." Sur la question des soins médicaux, John Kerry a affirmé que "cinq millions d'Américains avaient perdu" leur couverture maladie sous l'administration Bush. "Ce président a tourné le dos au bien-être de l'Amérique", a-t-il estimé. George W. Bush a de son côté jugé que le projet de John Kerry d'étendre la couverture maladie au sein de la population était "une promesse vide" qui coûterait quelque 50 milliards de dollars aux contribuables. "Cela s'appelle appâter et décevoir", a-t-il assuré. Les deux candidats ont également débattu de questions de société — mariage homosexuel, avortement ou immigration — au cours d'un débat de 90 minutes, organisé à Tempe (Arizona), sensiblement identique aux deux précédents, à l'exception notable de l'attitude de George W. Bush qui, cette fois, n'écoutait pas son adversaire en grimaçant.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com