1er jour de Ramadan : Sous le signe de l’abondance et de l’affluence





Le marché central a enregistré hier une affluence record. Les prix proposés étaient à la portée des bourses moyennes. Les mesures prises récemment par le ministère du commerce pour assainir le secteur de la distribution semblent avoir donné ... leurs fruits. Tunis - Le Quotidien Une foule immense a pris d’assaut l’étalage du vendeur des feuilles de brik (Malsouka), qui, désorienté, ne savait plus à quel saint se vouer. Est-ce le prix (600 millimes la douzaine) ou leur fabrication artisanale qui attirent autant de consommateurs en ce premier jour de Ramadan? Nous sommes au marché central de Tunis. Une marée humaine déambule à travers les dédales de “Fondouk El Ghalla” (ancienne appellation des lieux) pour faire leurs emplettes un peu particulières en ce début de Ramadan. Il est vrai que les plats préparés durant cette période nécessitent des ingrédients spécifiques et doivent irrémédiablement être réussis. D’autres se promènent les mains vides, en curieux, contemplant les étalages bien fournis en marchandises de toutes sortes et dont les prix, pour cette première journée de Ramadan sont nettement compétitifs et encourageants. Jugez-en : “l’honorable” oignon, est réduit à sa propre dimension en affichant un prix, à la portée de toutes les bourses (250 millimes le kg), les pommes de terres, grosses et charnues qui constituent le baromètre du marché, sont exposées à 350 millimes le kg. Le prix des piments est situé autour de 750 millimes le kg. La seule fausse note dans cette harmonie est introduite par la bolte de persil, proposée à 850 millimes. Une ménagère n’a pas manqué d’ailleurs d’exprimer son étonnement à ce sujet, argumentant ses dires par une pluviométrie exceptionnelle durant l’année écoulée qui ne justifie pas un tel tarif. Chapitre fruits, l’on peut affirme sans risque de nous tromper que les prix sont à la portée de toutes les bourses moyennes : 1,5 kg de poires, a fortiori très belles est vendu à 1 dinar, les raisins noirs sans pépin sont vendus à 980 millimes le kg, le raisin de table, bien charnu, à la couleur dorée et étincelante sont exposés, à 1d180 millimes le kg. Les prix des grenades dites gabésiennes sont fixés autour de 750 millimes le kg. Le rayon poissons enregistre, quant à lui, des prix variant selon la qualité des espèces proposées. A titre d’exemple, le rouget est proposé à 2,600 dinars chez certains vendeurs. Le rouget de roche est exposé par contre à 10,800 dinars. Le maquereau, de belle qualité est vendu à partir de 1,900 dinars. Les chevrettes de taille respectable enregistrent des prix fort alléchants, à partir de 3d,000 le kg. Toujours est-il que certaines espèces de poissons nobles gardent des prix relativement élevés. C’est ainsi que l’espadon est proposé à 12d00 et le mérou à 13d,000. Cette première journée du mois de Ramadan s’annonce encourageante. Les mesures prises dernièrement par le ministère du Commerce pour assurer un approvisionnement régulier du marché en produits alimentaires semblent avoir donné leurs fruits. Lotfi TOUATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com