Formation professionnelle : Optimiser l’embauche





Pour optimiser davantage le taux de l’embauche des diplômés des centres de la formation professionnelle, il faut développer encore plus le mode de la formation par alternance. Tunis - Le Quotidien Le Centre sectoriel de formation en industries électroniques et électriques d’El Omrane fait partie de la nouvelle génération des Centres de formation professionnelle, réalisés dans le cadre d’une coopération tuniso-japonaise en collaboration avec la Fédération nationale de l’Electricité pour un coût global de plus de six millions de dinars. Ce centre a abrité avant-hier une cérémonie de remise des diplômes de la première promotion, composée de 96 stagiaires. Ce qui marque la formation dans ce centre, c’est l’assistance technique assurée par cinq experts japonais relevant de l’Agence japonaise de la coopération internationale (JICA). Cette assistance porte sur les spécialités dispensées dans le centre, à savoir les techniques de production, les techniques de conception en électronique, la maintenance électronique des systèmes automatisés et la fabrication électronique. * Penser embauche M. Yutak Fujii, un des cinq experts japonais qui assurent l’assistance dans le centre et coordinateur du projet de coopération de la JICA, a souligné quelques points relevant de la qualification des stagiaire du centre et le taux d’insertion dans le marché de l’emploi. Pour cet expert, l’un des principaux indicateurs de la performance d’un centre de formation est le taux de recrutement de ses stagiaires par les industriels. Il a indiqué à ce propos que «dans la norme, il faut réaliser un taux de 80% ou plus pour pouvoir parler de la performance d’une structure de formation». «Au Japon, ajoute-t-il, les modes adoptés dans le recrutement des stagiaires sont directement associés ou intégrés dans le processus même de la formation. Un travail de coordination continue entre les centres de formation et les professionnels dans le marché permet d’effectuer un taux de plus de 80% au niveau du recrutement des stagiaires». Les centres de formation mènent des campagnes de communication qui ciblent les industriels et qui mettent en valeur la qualification des diplômés. De même que, parallèlement aux études qui sont effectuées pour définir la demande du marché, l’intérêt est aussi accordé à la formation par alternance par le biais des conventions de partenariat entre les grandes usines et les centres de formation. M. Fujii n’a pas caché à cet effet sa déception de voir que seulement cinq représentants des entreprises opérant dans l’industrie électronique et électrique manifestent un intérêt pour le recrutement des diplômés du centre bien qu’avant le démarrage du projet, les spécialités ont été déterminés selon les besoins exprimés par le marché. Rappelons toutefois que près de dix diplômés de la première promotion de ce centre ont été déjà recrutés selon M. Aissaoui Abderraouf, le directeur du centre. M. Anouar Nafti, directeur technique d’une filiale japonaise d’industrie électronique, a souligné pour sa part la nécessité de développer la coopération entre les industriels et les centres de formation afin de satisfaire les besoins en matière de compétences qualifiées dans l’électronique notamment dans les industries qui fonctionnent avec les automates. Le responsable a réaffirmé de son côté l’importance de la formation par alternance qui permet de raffiner la qualification du stagiaire en fonction des besoins de l’usine. H.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com