Club Culturel Tahar Haddad : Flûte enchantée et rythmes zoulous





Rythmes zoulous mixés avec les sons des flûtes, telle était l’ambiance, avant-hier soir, au Club Culturel Tahar Haddad, lors d’un concert inédit donné par la troupe de jazz sud-africaine “Thulas and Friends”, en présence des dizaines de mélomanes, dont des personnalités diplomatiques. Pour les mélomanes non avertis, la musique sud-africaine se réduit aux seuls sons rythmés zoulous ou “Xosa”. Et pour preuve, Johny Clegg, Joë Mafela et Egoli Spyro, des stars engagées depuis le temps de l’apartheid, continuent d’être les artistes les plus connus. Mais contrairement à cette idée reçue l’Afrique du Sud est un pays où tous les genres musicaux ont leur place marquée d’une pierre blanche. Et la troupe de jazz “Thulas and Friends”, ou “African Jazz Group Key Board” en est un exemple percutant. Ce groupe qui réunit des musiciens blancs et noirs symbolise toutes les tendances artistiques du pays des “Bafana-Bafana”. Le concert donné à cet effet a été d’ailleurs une agréable surprise. Inauguré par la jeune flûtiste blanche Carina Bruwer, le premier récital a fait planer l’assistance dans un silence méritoire. L’artiste a commencé par interpréter certains répertoires de Jean Sébastien Bach et de Ravelo, deux grands pionniers de la musique classique. Après ce premier récital, c’est au tour des trois jeunes noirs d’interpréter de nombreuses chansons zoulous enflammant ainsi les enceintes du Club Culturel Tahar Haddad. Parmi les morceaux interprétés, on trouve des genres dits inspirés des “rythmes de la révolte”, composés, autrefois, au temps de l’apartheid, à l’instar de la chanson “In-hor of this”. En fin du concert, les musiciens sud-africains, ont composé deux morceaux avec deux jeunes artistes tunisiens. L’ambiance était conviviale et la soirée finit par une note de joie durant cette première nuit ramadanesque. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com