M. Mongi Zouaghi (Professeur à l’Institut de Recherche Agronomique) : 16 ans de recherches pour l’amélioration d’une plante alimentaire révolutionnaire





Après 16 ans de recherches, des compétences tunisiennes ont amélioré la plante alimentaire pour bétail “le sulla” dont le rendement peut être considéré comme révolutionnaire. M. Mongi Zouaghi, professeur à l'Institut national des sciences agricoles et coordinateur de l’équipe des ressources génétiques nous parle de cette plante et de la nouvelle banque de gènes qui sera créée à Tunis. * Le Quotidien: Quel est l’intérêt de la création d’une banque de gènes dans le domaine agricole? - M.Z. : L’importance de la création d’une banque de gènes dans le domaine agricole revêt une importance capitale. L’agriculture ne peut pas évoluer sans les recherches destinées à améliorer la productivité. La banque des gènes est de nature à améliorer les plantes sélectionnées qui doivent être généralisées pour parvenir à une meilleure productivité. * Peut-on espérer des répercussions de cette plante sur le coût d’une façon générale et surtout sur la bourse des consommateurs? - Cette plante a un effet important sur l’alternance des cultures . Elle est très nutritive et utilisée en tant qu’aliment pour le bétail. C’est l’une des plantes les moins coûteuses. Si l’on compare le sulla aux aliments concentrés, les recherches nous ont prouvés que le coût de la production de la viande baisse de 40% tandis que le coût de la production laitière baisse de 50%. Sur un autre plan, les études ont montré qu’une surface plantée de sulla renforce la terre. Sur une superficie d’un hectare, cette plante laisse dans la terre l’équivalent de 700 kg d’amonitre, près de 8 tonnes de matières organiques. Au vu de ces données, il est évident que tous les intervenants dont les consommateurs vont profiter de la baisse des coûts. * Votre Institut vient de mettre au point une nouvelle espèce de plante à usage agricole. * Pouvez-vous donner de plus amples informations à ce sujet? - Notre Institut vient en effet au bout de 16 ans de recherches de créer une espèce améliorée de sulla. C’est une plante en voie d’extinction qui existait à l’état naturel mais juste pour survivre. Nous avons mené des recherches et nous avons réussi à l’améliorer. La rentabilité de cette plante au niveau agricole est six fois supérieure à la normale. Je voudrais noter que cette plante est enregistrée et que l’Institut détient le droit de son utilisation et de sa commercialisation. Je lance par cette occasion un appel aux agriculteurs pour se procurer cette plante par le biais du circuit officiel et recevoir les consignes pour une meilleure utilisation car autrement, ils peuvent non seulement nuire à leurs propres plantations mais aussi à l’économie nationale et aux recherches scientifiques. L’Institut qui a mené les recherches pendant 16 ans doit pouvoir rentabiliser ses recherches par l’usufruit engendré par cette nouvelle espèce. Entretien réalisé par Lotfi TOUATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com