Retrait de Gaza : Sharon cherche alliés désespérément





• Quatre Palestiniens armés tués Le Premier ministre israélien reprenait hier ses tractations pour élargir sa coalition gouvernementale afin de réaliser le retrait de Gaza que les élus de son parti, le Likoud, envisagent de soumettre à référendum. Sur le terrain, deux militants du Jihad islamique ont été tués, de la Bande de Gaza, et deux du Hamas, à proximité de ce territoire. Sharon a dû rencontrer hier le numéro un travailliste, Shimon Peres, pour tenter de le rallier à sa coalition gouvernementale afin d'appliquer le plan de retrait. Depuis l'adoption en juin de ce texte qui prévoit notamment le démantèlement des 21 colonies de la région et de quatre autres dans le nord de la Cisjordanie, Sharon n'a plus de majorité au parlement et se heurte aux colons et à la fronde des ultras du Likoud, qui préconisent soit des élections anticipées, soit un référendum national sur la question. Il était confronté hier à trois motions de censure au parlement, déposées respectivement par les travaillistes et le parti Shass orthodoxe sur sa politique économique et sociale, et par le parti communiste arabe à propos de la sanglante offensive militaire récemment menée dans la Bande de Gaza. "Je ne crains pas des élections, mais je ne crois pas que ce serait une bonne chose de les organiser maintenant alors qu'Israël est engagé dans une lutte très dure contre le terrorisme", a affirmé Sharon aux journalistes. Il a tenu ces propos juste avant une rencontre avec le président israélien Moshe Katzav qui s'est récemment dit favorable à la tenue d'un référendum sur le plan de retrait. Le groupe parlementaire du Likoud a dû de son côté se réunir hier après-midi pour examiner un projet de loi sur un référendum national concernant ce plan. "Le Premier ministre doit être attentif à l'opinion et aux sentiments des députés et des ministres. Il y a sans aucun doute un nombre significatif de gens au sein de notre groupe parlementaire hostiles au retrait", a déclaré à la radio de l'armée la ministre de l'Education Limor Livnat. Un éventuel vote favorable des élus du Likoud à ce référendum constituerait un nouveau camouflet infligé au Premier ministre par son parti qui l'a déjà désavoué à plusieurs reprises, alors qu'il doit présenter le 25 octobre son plan de retrait à l'approbation de la Knesset. L'immense majorité des Israéliens souhaitent abandonner la Bande de Gaza, mais Sharon est hostile à la tenue d'un référendum national à ce sujet car cela nécessiterait la promulgation d'une loi en ce sens supposant une procédure complexe qui se traduirait par des procrastinations. * Quatre martyrs Sur le terrain, deux militants armés du mouvement Hamas venus de la bande de Gaza ont été tués par l'armée après s'être infiltrés en Israël, selon une source militaire. L'un d'eux a trouvé la mort dans l'explosion d'un engin qu'il transportait et le second sous les rafales de balles de soldats. Le Hamas a ensuite annoncé leur "martyre". Peu après, deux Palestiniens armés du Jihad islamique ont été tués par des tirs de soldats près de Rafah, non loin de la frontière égyptienne. L'armée israélienne a en outre fait état d'un troisième accrochage à l'arme automatique près du passage routier de Kissoufim, entre le sud de la Bande de Gaza et Israël, qui a blessé un officier israélien et un Palestinien.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com