C.A.-C.S.S. (1-1) : Un sommet pour rien





Pour un match au sommet entre les deux leaders de la compétition, qui ne le sont, d’ailleurs plus, on nous promettait monts et merveilles. Au bout du compte, on nous gratifia d’un petit match qui ne valut que par quelques éclairs sfaxiens, de surcroît en 2ème mi-temps. Le CSS, surtout en seconde période, sortit le grand jeu et ne tarda pas à en tirer les dividendes à la 56’. Par contre, le CA qui eut la mainmise sur presque la totalité de la première mi-temps, fut quasiment absent en attaque et ne créa presque aucun danger devant Jaouachi, excepté en de rares occasions (10’, 15’). Le réveil sfaxien s’annonça dès la fin de ce premier half pour donner sa pleine mesure au second. Devant la hauteur de la manœuvre clubiste, le CSS répliqua par des combinaisons variées, grâce à la vivacité de l’ensemble, à l’image d’un Gmamdia omni-présent à la pointe de l’attaque et un milieu rapide qui submergea son vis-à-vis clubiste. Et ce n’était que justice si les Sfaxiens prirent l’avantage à la 56’ par Kadri suite à une combinaison de haute facture qui parvint jusqu’au premier poteau d’Adjei impuissant. Les Sfaxiens faillirent, dans la foulée, doubler leur avance, mais eurent le tort de ne pas profiter d’un CA complètement déboussolé et n’avait pas les moyens de réagir, malgré l’incorporation de trois joueurs en attaque. Heureusement pour les Clubistes que leur défense faisait bonne garde et annihila toutes les tentatives sfaxiennes, grâce notamment à un impérial Ben Zekri. Et au moment où l’on s’y attendait le moins, un centre en retrait anodin de Sellami et une sortie hasardeuse de Jaouachi, ou plutôt un «cadeau», permit à Selliti de rétablir l’équilibre (77’). Une véritable aubaine pour les Clubistes qui ne voyaient vraiment pas comment ils arriveraient à perforer cette défense sfaxienne. Les protégés de Decastel qui ne méritaient pas un tel coup du sort, au vu de ce qu’ils présentèrent comme volume de jeu jusque-à, repartirent de plus belle à l’attaque et furent à maintes reprises, à deux doigts de scorer et surtout à deux minutes de la fin qui vit Brahima adresser un maître-tir des 25 mètres qui percuta la transversale, privant les siens d’une victoire qu’ils méritaient amplement. A l’inverse de l’ensemble sfaxien qui démontra beaucoup de bonnes choses surtout en 2ème mi-temps, la formation clubiste est devenue une véritable énigme. En effet, mis à part les trois laborieuses victoires contre le CAB, l’ESBK et l’ESZ, les Clubistes tardent à décoller et ce n’est point avec ce jeu approximatif, dénué d’imagination, tout en lourdeur que le décollage aura lieu. Pour en revenir à la rencontre, ce sommet laissa tout le monde sur sa faim, prouvant que la compétition n’est pas encore sortie de ses premiers balbutiements, en attendant des jours meilleurs. * Formations - C.A. : Adjei, Ben Yahia, Rhouma (Toujani 42’), M’Kacher, Ben Zekri, Ben Zid, Mouelhi (Selliti 65’), Touré, Karoui (Missaoui 73’), Traoré, Sellami. - C.S.S. : Jaouachi, Gharbi, Haj Messaoud, Abdi, Ben Amor, Gmamdia, Junior (M’Rabet 83’), Malik, Kadri (Barka 82’), Nafti (Brahima 70’), Boujelbène. Moncef SEDDIK


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com