Dr Héla Chelli : Une préparation psychologique est nécessaire avant l’administration du médicament abortif





Le Dr Hela Chelli chef du service de gynécologie à l’hôpital La Rabta a présenté au cours de ce symposium l’expérience du centre de maternité de La Rabta réalisée sur l’étude de 138 dossiers. Elle répond à nos questions concernant ce nouveau médicament abortif. * Le Quotidien : Pouvez vous nous présenter l’IMG succinctement ? - Héla Chelli : Comme son nom l’indique, l’IMG est une méthode d’interruption de la grossesse non désirée par l’absorption de médicaments. * Quel est l’intérêt de cette nouvelle méthode ? - Quand on compare cette méthode avec la méthode chirurgicale, il apparaît clairement qu’elle comporte largement moins de risques. Elle est de surcroît moins contraignante pour la femme. Elle permet également à la femme de reprendre rapidement ses activités sociales et professionnelles. * Cette méthode est-elle moins coûteuse par rapport à l’intervention classique ? - Elle est relativement moins coûteuse, mais il y a d’autres facteurs à prendre en considération comme le suivi médical et la prise en charge de l’hospitalisation. * D’après votre expérience comment ce médicament a-t-il été perçu par les femmes d’une manière générale ? - Beaucoup de femmes ont accueilli favorablement ce médicament. D’autres par contre ont manifesté un certaine réserves . Je pense qu’elles ont peur tout simplement. Contrairement à la chirurgie classique, dans le cas de ce médicament abortif, les femmes peuvent voir le fœtus et peuvent se sentir coupable et regretter l’avortement. Il y a une dimension psychologique à prendre en considération. C’est la raison pour laquelle une préparation psychologique est nécessaire avant toute action. * Ne pensez vous pas qu’il y a un risque d’abus si le médicament devient à la portée de tous ? - Pour le moment le risque est écarté car le médicament n’est pas vendu dans les pharmacies. * Même en Europe ? - Même en Europe. Sauf en Chine où les familles n’ont pas le droit de donner naissance à plus d’un enfant. * Au cours de ce symposium on a parlé d’une femme qui a avorté à neuf reprises. Comment expliquez-vous que des femmes tombent enceintes autant de fois ? - Je pense que certaines femmes ne savent pas encore utiliser les moyens de contraception d’une manière efficace tandis que d’autres ont peur ou ne veulent pas de la contraception et préfèrent les méthodes naturelles. Ces dernières ne sont pas infaillibles. * Quels conseils donneriez vous aux femmes d’une manière générale pour éviter les grossesse indésirables ? - Je leur conseille tout simplement d’utiliser des moyens de contraception efficace. Toutefois il convient de noter que les moyens disponibles à l’heure actuelle ne sont pas efficaces à 100% mais il y a toujours un risque minime de subir une grossesse indésirable. Je pense que les pilules constituent le moyen le plus approprié parmi ceux disponible de nos jours. Entretien réalisé par Lotfi TOUATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com