Circuits de distribution : Pour la création de coopératives de services





Des recommandations multiples ont été formulées hier lors de la phase finale de la Consultation nationale sur le commerce qui vient de couronner, hier, le marathon des consultations tenues dans les différents gouvernorats. Des ateliers portant sur le commerce de distribution et les circuits de distribution ont suscité un débat riche et fécond. Tunis-Le Quotidien Des ateliers de travail ont été organisés en marge de cette conférence portant sur trois thèmes centraux : le commerce de distribution, les circuits de distribution des produits agricoles et de la pêche, et enfin le rôle du secteur commercial dans la promotion des exportations. Dans le cadre du premier atelier consacré à la réalité du commerce de distribution, présidé par M. Mohamed Nouri Jouini, ministre du Développement et de la Coopération internationale, plusieurs points ont été évoqués par l’assistance, composée de professionnels du secteur du commerce de distribution. Les interventions qui ont porté sur plusieurs volets liés à la question ont débouché sur un certain nombre de recommandations. Les axes d’intérêts ont porté notamment sur les prix, la fiscalité, l’activité libérale du commerce et les rapports entre les acteurs de ce secteur avec les différents organes administratifs. En résumant l’ensemble des recommandations, le ministre du Développement et de la coopération internationale a souligné la nécessité de mettre en œuvre un programme de mise à niveau du secteur commercial à l’instar du secteur industriel. Ce programme devrait comprendre tous les dispositifs nécessaires afin de garantir la transparence et la complémentarité entre toutes les composantes du secteur. Le débat des participants à cet atelier a porté sur différents points. L’accent a été mis entre autres sur le sacro-saint problème du commerce parallèle qui échappe à toutes les procédures d’organisation régissant le secteur. M. Ibrahim Hfaïdhia, député du MDS, a insisté au cours de son intervention sur la question pour tirer à boulets rouges sur ce “fléau qui se nourrit de l’importation illicite des produits”. La résolution de ce problème, a-t-il ajouté, commence d’abord au niveau du système douanier”. M. Tahar Smaoui, un commerçant a souligné pour sa part l’absence d’un corps de contrôle performant au niveau des régions. Il a proposé dans ce cadre la mise en place d’un système de contrôle technique qui intègre toutes les composantes et de créer un réseau solide et efficace apte à contrôler tous les circuits de distribution. Le deuxième atelier a porté sur les circuits de distribution des produits agricoles et de pêche. Ce secteur se place au centre de la consultation sur le commerce, vu que la majeure partie des problèmes du secteur découlent, selon les intervenants, de cette composante. M. Habib Haddad, ministre de l’Agriculture, de l’Environnement et des ressources hydrauliques, a mis l’accent sur l’aspect législatif de ce problème. L’objectif tend dans ce sens à renforcer l’application des législations en vigueur. Plusieurs points et recommandations ont été, par ailleurs, soulevés par les intervenants. M. Béchir Fathallah, un vétéran de l’ODC (Organisation de Défense du Consommateur) a indiqué dans ce sens que les problèmes qui secouent la distribution des produits agricoles sont la résultante normale de la contradiction et de la confrontation des intérêts entre les différents intervenants au milieu desquels le consommateur final - qui est le citoyen - reste le principal perdant. Cet intervenant a estimé que la réflexion visant la modernisation et l’organisation de circuits de distribution doit avant tout, résoudre cet amalgame d’intérêts et trouver la bonne recette permettant d’assurer la cohérence et la complémentarité. Hassen GHEDIRI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com