Haltérophilie/ L’après Jeux Olympiques : Erreurs fatales





La participation tunisienne aux Jeux Olympiques d’Athènes n’a pas encore fini de soulever des questions, suite à la prestation calamiteuse de nos athlètes. Si le public sportif est conciliant avec les jeunes athlètes inexpérimentés qui n’ont pas eu la chance de participer à des manifestations de haut niveau auparavant, il l’est moins avec ceux qui portaient les espoirs de tout le peuple tunisien et desquels il attendait monts et merveilles. L’une des plus grandes déceptions de ces Jeux est incontestableent l’haltérophile Youssef Sebaï sont les performances laissaient augurer d’un bon rendement. Malheureusement, rien ne s’est déroulé comme prévu. Par contre, sa camarade Hayet Sassi a frôlé d’un cheveu l’exploit d’arracher une médaille. Le directeur technique Ridha Yahia qui était inexplicablement absent des Jeux a bien voulu éclairer notre lanterne sur le comportement de nos haltérophiles au vu des témoignages de ceux qui étaient sur place et notamment celui de l’arbitre international tunisien Houcine Drissi qui était désigné à ces Jeux. * Youssef Sebaï : erreur partagée «La performance de Youssef Sebaï à l’arraché est de 152,5kg. L’inverse de ses concurrents qui ont commencé graduellement à partir de 140 kg pour entrer petit à petit dans la compétition, l’entraîneur de notre athlète Hatem Bouabid a demandé d’entrée 147,50 kg pour son poulain. Première grave erreur de l’entraîneur et aussi de l’athlète qui n’aurait pas dû commencer par une telle charge. La 2ème grande erreur, qui s’avéra fatale, est de ne pas avoir joué son va-tout en changeant de poids, par exemple 150 kg, avant le 3ème et dernier essai. Conclusion, Sebaï a été éliminé d’entrée et n’a même pas eu la possibilité de défendre ses chances». Et Ridha Yahia d’ajouter : «pourtant notre athlète paraissait en bonne forme et aurait pu prétendre à un bon classement à défaut de médaille mais cette erreur tactique a tout fait échouer». A propos de tactique, nous avons remarqué durant les Jeux que chaque haltérophile était accompagné en plus de son entraîneur, de 2 à 3 autres techniciens. Les nôtres n’avaient d'autre soutien que leur seul entraîneur qui n’était pas infaillible et qui pouvait commettre une erreur d’appréciation. Toute la différence est là. * Hayet Sassi: à un cheveu de l’exploit A l’inverse de Sebaï, Hayet Sassi était gagnée par le trac et parut très mal à l’aise durant ces Jeux. Elle n’en a pas moins réussi un comportement fort honorable. Le DTN affirme à ce propos que «Hayet détient le record d’Afrique à l’arraché avec 98 kg. Elle a réussi à soulever 95 kg mais a buté deux fois sur les 100 kg. Pourtant, aux entraînements elle a maintes fois soulevé un tel poids. A l’épaulé-jeté, elle a soulevé 120 kg au 3ème essai, mais il fallait arriver à 122,5kg soit 2,5 de plus pour prétendre à une médaille…» * Regarder vers l’avenir Et maintenant? Inutile de pleurer sur le passé. Néanmoins, il faut en retenir la leçon, se remettre en question et continuer de travailler sur des bases plus solides. Dès à présent, il faut se concentrer sur l’avenir et préparer les nouvelles échéances. C’est dans ce cadre que nos haltérophiles sont entrés en stage pour préparer les Jeux Panarabes qui auront lieu à Alger du 24 septembre au 4 octobre 2004. La fédération est actuellement en rupture avec l’entraîneur national Hatem Bouabid. Elle est entrée de nouveau en contact avec le Géorgien Ivan, dont le fils vient de remporter une médaille d’or aux Jeux Olympiques. En attendant, c’est le DTN Ridha Yahia qui dirigera l’équipe nationale jusqu’aux Jeux. il aura sous sa direction : Atef Jerraya, Béchir Toumi, Sami Kadri, Moez Hanachi et Abdessatar Habassi. Quant aux féminines, elles sont réparties en deux groupes. Le premier est conduit par l’entraîneur Ridha Ayache et se compose de : Thouraya Jebali, Monia Rabhi, Hanène Ouerfelli, Lobna Maâtoug, Asma Rezgui, Habiba Tahri, Manel et Imène Hasnaoui. Le deuxième groupe est dirigé par l’entraîneur Hédi Bey et comprend Hayet Sassi et Lobaba Ben Choba. Moncef SEDDIK


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com