A vous la parole/ Pitié…





* Karima Ben Salah, 22 ans, étudiante “Je suis en troisième année et donc obligée de m’inscrire dans un foyer privé car je n’ai plus le droit au foyer public. Mais l’inconvénient c’est que les propriétaires de ces établissements privés profitent de la rentrée pour afficher des prix souvent exorbitants par rapport aux prestations. Bien que le cahier des charges soit très clair en ce qui concerne les prix, il y a toujours des “hors la loi” qui n’en font qu’à leur tête. Surtout quand ils savent que l’étudiant est finalement obligé de trouver un toit. Espérons que ces personnes soient rigoureusement contrôlées afin de préserver les droits des étudiants”.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com