Les troubles sexuels en Tunisie : Stress et tabac font… un tabac !





Le premier congrès international de sexologie qu’organise la Société Tunisienne de Recherche sur la sexualité et l’impuissance les 17 et 18 septembre courant à Tunis braquera pleins feux sur les divers dysfonctionnements sexuels qui affectent la vie du couple. Une pléiade de spécialistes et d’experts tunisiens, américains, français et allemands disséqueront les dysfonctions érectiles, les maladies prostatiques, les troubles sexuels chez la femme… Tunis - Le Quotidien Paramètre primordial d’une bonne qualité de vie et facteur essentiel de bien- être, selon l’Organisation mondiale de la santé, la sexualité intéresse désormais les spécialistes et le commun des mortels. Le changement du mode de vie, l’apparition de nouvelles habitudes alimentaires et la montée en flèche des pathologies vasculaires sont entre autres à l’origine à la recrudescence des troubles sexuels. Le Pr. Boujnah, président de la Société Tunisienne de Recherche sur la Sexualité et l’Impuissance (STRSI), précise que les dysfonctions érectiles tiennent le haut du pavé en matière de troubles sexuels. * Pathologie fréquente L’incapacité d’obtenir ou de maintenir une bonne érection touche 10 à 40% de la population masculine de par le monde. Le Pr. Boujnah souligne également que la fréquence des dysfonctions érectiles augmente en fonction de l’âge. Le tiers des hommes âgés de plus de 40 ans souffrent d’une dysfaction érectile. Ce taux atteint les 50% auprès des hommes ayant plus de 50 ans. Une enquête réalisée à l’occasion du premier congrès de sexologie a révélé près de 30% de malades qui consultent des spécialistes en urologie souffrent de troubles d’érection. Cette pathologie ne constitue plus un tabou d’autant plus que les patients consultent assez souvent les spécialises en compagnie de leurs partenaires et y voient une maladie comme les autres. * Facteurs de risques Outre l’âge, Pr. Boujnah fait remarquer que de nombreux facteurs contribuent à l’apparition des troubles d’érection. Il s’agit essentiellement du changement du mode de vie, des nouvelles habitudes alimentaires, des pathologies vasculaires (diabète, hypertension artérielle…) et de troubles de métabolismes lipidiques dont notamment l’augmentation du cholestérol. Le tabagisme, l’absence d’activité physique et le stress de la vie quotidienne représentent également des facteurs de risques. Les facteurs hormonaux, environnementaux, traumatiques (paralysie des membres inférieurs etc.) psychologiques et psychiatriques sont à leur tour à l’origine de certaines pannes d’érection. Force est de constater toutefois que ces facteurs sont dans la majorité des cas entremêlés. D’autre part, les maladies prostatiques telles l’adénome de la prostate et le cancer de la prostate assez fréquents après 60 ans constituent des facteurs de risque. * Médicaments indisponibles La dysfonction érectile devrait être, selon le Pr. Boujnah, prise en charge d’une façon correcte par les spécialistes. Deux méthodes ont révolutionné le traitement des troubles d’érection. Il s’agit de l’injection de médicaments érectogènes dans l’organe sexuel et le traitement par voie orale. La majorité des patients jugent la première peu pratique et se rabattent sur trois types de pilules : le Viagra, le Cilis et le Levitra. Bien que l’efficacité de ces fameuses pilules soit de près de 80% elles ne sont pas encore disponibles dans nos murs. Le Pr. Boujnah précise, à cet égard, que ces pilules ne constituent pas des médicaments de confort. D’où la nécessité de les introduire sur le marché tout en mettant des garde-fous pour éviter certaines dérives d’autant plus que les dysfonctions érectiles ont des effets néfastes sur la vie du couple, et la vie professionnelle et sociale des malades… Wahid KHEFIFI _______________ * Viagra : Le marché parallèle de tous les dangers… Le Pr. Habib Boujnah fait remarquer que le fait que viagra ne soit pas disponible au niveau du circuit légal de vente des médicaments pousse de nombreux patients à chercher ailleurs… Ailleurs, c’est bien évidemment le marché parallèle et c’est là où le bât blesse puisque les patients se procurent ces fameuses pilules bleues sans s’assurer de leur origine Le Pr. Boujnah précise que plusieurs cas d’intoxication ont été relevés après la prise de ces pilules suspectes dans le monde. W.K. _______________ * Troubles sexuels au féminin… Deux types de perturbations sexuelles sont assez fréquentes chez la gent féminine. Il s’agit des troubles du désir et des troubles d’orgasme qui connaissent leur apogée après la ménopause. Le traitement hormonal de ces troubles aboutit souvent à des résultats satisfaisants. Le Pr. Boujnah explique que ces troubles sexuels conjugués au féminin constituent des pathologies récentes puisque l’homme a été longtemps considéré responsable d’une bonne vie sexuelle du couple.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com