J.C.C. 2004 : Al Hamra renoue avec ses premières amours





Persévérant. Ezzeddine Gannoun est l’une des figures de proue du théâtre tunisien. Sa seule devise est le travail. Ces jours-ci, E. Gannoun est aux anges car la salle Al Hamra va briller de mille feux lors de ces Journées Cinématographiques de Carthage. Chronique d’une renaissance. A Bab Al Jazira, l’espace Al Hamra continue à résister à l’usure du temps et ce grâce aux efforts de Ezzeddine Gannoun et de son équipe. “La chaleur humaine, l’énergie, l’amour de l’art… ont pu sauver cet espace de l’oubli”, commente notre artiste. Désormais, cet espace est en train de changer de look pour accueillir une partie de la programmation cinématographique des JCC 2004 qui coïncide avec la célébration du 82ème anniversaire de l’espace Al Hamra. Du théâtre au cinéma? Rien n’est bizarre, car cet espace a été au départ une salle de cinéma. Lancé en 1922 et portant le nom de “Alhambra”, en référence au palais historique de Grenade, cet espace est parmi les anciennes salles de cinéma qui continuent à survivre en dépit de toutes les difficultés. C’est la veille des JCC que cet espace fêtera son anniversaire. Une réception pour les hommes de lettres, pour les invités des Journées cinématographiques de Carthage… sera organisée à cette occasion. “Après ces travaux d’aménagement qui seront achevés dans quelques jours, la salle Al Hamra va retrouver son éclat d’antan et les JCC 2004 ne sont qu’un point de départ pour lancer tout un programme culturel en faveur de toutes les catégories culturelles”, nous déclare Ezzeddine Gannoun fondateur de la Troupe du Théâtre Organique. Après les JCC 2004, une programmation spéciale, visant à relancer les clubs d’enfants qui se sont éclipsés depuis quatre ans pour plusieurs raisons, sera au rendez-vous pour annoncer le retour du cinéma Al Hamra. “Ce club vise à initier les jeunes à divers genres cinématographiques. Cet espace est un espace d’échange et de débat via la projection de chefs-d’œuvre venus des quatre coins du monde”, souligne-t-il. Parallèlement aux représentations théâtrales de la production nationale, la Salle Al Hamra, qui accueille aussi les activités du Centre Arabe et Africain du théâtre, abritera un stage pour les gérants des entreprises culturelles et ce du 1er au 5 décembre prochain. Une dizaine de gérants et de directeurs d’entreprises culturelles et de troupes théâtrales marqueront leur présence et suivront cette formation sous l’assistance de Vincent Koala, un célèbre gérant du Burkina Faso. Un deuxième stage pour les 2ème et 3ème degrés de la promotion dans les métiers relatifs à la production théâtrale: éclairage, scénographie, costumes, dramaturgie… aura lieu entre le 15 février et le 5 mars prochain et ce en faveur de soixante jeunes artistes arabes et africains. D’autres surprises sont au menu de la nouvelle programmation de cet espace. Imen Abderrahmani


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com