Après l’échec aux J.O-2004 : La fin d’un cycle





Après l’échec frustrant des Jeux Olympiques, les responsables de notre judo et à leur tête le président de la FTJ, Hédi M’hiri, pensent d’ores et déjà à l’avenir. D’ailleurs, à l’issue des championnats d’Afrique qui se sont déroulés à Tunis, Hédi M’hirsi avait parlé de «fin de cycle». En effet, plusieurs athlètes, atteints par la limite d’âge, sont obligés de quitter la «scène». Certains d’entre eux, à l’instar de Skander Hachicha, ont beaucoup donné au judo tunisien et il serait très difficile de les remplacer, malgré la présence de jeunes talents confirmés. Ainsi, on ne verra plus les judokas Skander Hachicha, Makram Ayed, Férid Khedher, Abdessalem Arous, Chedly Khalgui. Les techniciens de la discipline sont en train de renouveler l’effectif de l’équipe nationale en injectant de jeunes éléments susceptibles de prendre la relève des anciens. La première échéance qu’auront à disputer ces jeunes est le rendez-vous des Jeux Panarabes qui auront lieu à Alger. Si les filles ont une certaine expérience des compétitions de haut niveau, les garçons en manquent énormément. C’est pour cette raison que le président de la Fédération assure que la participation tunisienne se limitera à faire bonne figure, tout en essayant de donner une belle image du judo tunisien. Voici, par ailleurs, la liste des judokas tunisiens qui prendront part à ces jeux : - Filles Chahnaz M’barki (48 kg), Hajer Barhoumi (52 kg), Yousra Zribi (63 kg), Chedlia Ghliss (-70 kg), Houda Ben Daya (-78 kg), Insaf Yahiaoui (+78 kg). - Garçons Nizar Mahjoub (60 kg), Anis Dkhaili (73 kg), Youssef Badra (-81 kg), Anis Chedly (+100 kg). * Le cas Lounifi Il ne fait pas de doute que Anis Lounifi a hissé le judo tunisien dans les plus hautes sphères mondiales et a valu à cette discipline d’immenses satisfactions. Les Jeux Olympiques n’ont pas souri à cet athlète doué, malgré les efforts énormes consentis pour préparer cette échéance, en compagnie de son entraîneur Abdelmajid Senoussi et les sacrifices qu’il a dû déployer pour diminuer son poids de 66 à 60 kg. Le jour de la compétition, il pesait 59,700 kg. Cet «amaigrissement» a influé négativement sur sa compétitivité et a été parmi les principales causes de son mauvais parcours. Très affecté par cette prestation, Anis Lounifi pense sérieusement se retirer. Pourtant, il n’a que 26 ans et il a encore de belles années devant lui. Tout le monde est en train de le convaincre de revenir sur sa décision. Moncef SEDDIK


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com