Le GSM dans les écoles : Quand la discipline donne sa langue au «chat»





Outre les cartables, trousses, cahiers et autres stylos, les élèves se rendent désormais aux salles de cours munis de leurs téléphones portables. Ce phénomène qui prend de l’ampleur dans nos écoles, pose problème et irrite les enseignants. Tunis - Le Quotidien La rentrée scolaire de cette année pourrait bien annoncer une année aux rythmes des sonneries mais aussi des prises de photos par GSM interposés en plein cours. Les offres promotionnelles proposées par les opérateurs du GSM mais aussi les chutes spectaculaires des prix des appareils du téléphone portable ont fait que tout le monde, jeunes et moins jeunes, parvient à se payer une ligne GSM. Dans nos établissements scolaires (lycées, écoles primaires) voire les garderies, le nombre d’élèves équipés de portables monte en épingle. Pour un parent, avoir un portable pour chacun de ses enfants lui permet d’être en contact permanent avec eux, mais pour ces derniers, il existe mille et une fonctions qui peuvent être “utiles” surtout pour une frange d’élèves qui cherche les usages dérivés de la technologie. Dans ce cas, les enseignants qui sont appelés à accomplir leur mission pédagogique se retrouvent face à une nouvelle forme de dérangement, électronique cette fois-ci. Pour M. Lassaâd Zrelli, enseignant d’informatique dans un établissement scolaire de la capitale, “l’usage du GSM par les jeunes élèves dans les lycées et même dans les écoles de l’enseignement de base n’est autre qu’une expression d’une nouvelle culture qui ne cesse d’émerger. Il s’agit d’un engouement manifesté par les jeunes pour tout ce qui est électronique. Cet enseignant pose toutefois le problème de la mauvaise manipulation. “Comme on encourage le développement de cette culture, on aura à mettre en place des garde-fous nécessaires pour éviter les dérives dans les salles de cours”, souligne-t-il . * Paparazzi Melle Boutheïna Hajjaj, une institutrice de langue française dans une autre école, raconte dans ce même cadre que, durant l’année scolaire écoulée, elle s’est trouvée à maintes reprises dans une situation embarrassante à cause du portable. “Une fois rapporte-t-elle, j’ai surpris un élève en train de me photographier à mon insu grâce à son portable hyper-sophistiqué équipé d’une caméra numérique. Toute la classe était agitée par les hurlements de ses camarades qui l’encourageaient à prendre davantage de photos”, dit-elle, ajoutant que “cet élève a été renvoyé durant une quinzaine de jours”. Face à ce genre de conduite irresponsable, les enseignants réclament l'interdiction de l’usage du portable dans les salles de cours. M. Mohamed Aouadi, enseignant de son état, note dans ce sens que “le ministère de l’Education et de la Formation qui a publié une circulaire interdisant aux enseignants d’utiliser leurs téléphones portables pendant les cours devrait procéder de la même manière à l’égard des élèves”. M. Mohamed Azzabi, directeur d’une école de base au centre de la capitale, affirme que “les réglementations internes de toutes les institutions éducatives visent à garantir le bon déroulement des cours”. Il incombe ainsi aux responsables de ces établissements de prendre les mesures appropriés pour atteindre cet objectif. Contrairement à ce mécontentement manifesté par les enseignants et administrateurs de l’éducation qui sont les premiers à subir les désagréments du GSM en classe, d’autres personnes n’y voient que des avantages. Certains parents estiment, en effet, que l’invention du portable leur a simplificié la vie puisqu’ils ne trouvent désormais aucune difficulté pour rejoindre leurs enfants à n’importe quel moment. D’autres parents se trouvent, par contre, acculés à suivre cette tendance avec tout ce que cela entraîne en terme de dépenses supplémentaires. Et comme pour jeter de l’huile sur le feu, certains fabricants de fournitures scolaires ont procédé à l’occasion de la rentrée scolaire à la commercialisation de la rentrée scolaire à la commercialisation de quelques modèles de sacs à dos et de cartables pour toutes catégories d’âge qui comportent des poches conçues spécialement pour contenir les portables. Cette idée ne fera qu’aiguiser le désir des petits enfants à acquérir leurs propres GSM, quitte en cela à faire pression sur leurs parents. Hassen GHEDIRI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com