Basket/ Les 12 à la Loupe : Six géants à l’assaut du titre





Fini le farniente estival pour nos clubs et place à la compétition. Chaque équipe a vécu son inter-saison à sa manière, en fonction de ses moyens, humains et financiers, de son statut de pourvoyeurs d’internationaux ou non, en référence aux divers engagements des équipes nationales olympique ou A, de ses ambitions et aspirations en vue du prochain exercice… Etat des lieux. * C.A. Arrivée au sommet après tant d’années de disette, l’équipe clubiste risque de vivre une saison difficile du moment qu’elle sera l’équipe à battre. Mais en gardant pratiquement tout leur affectif, les Clubistes s’y sont préparés sérieusement, sachant que tous leurs concurrents les attendent de pied ferme pour contester leur suprématie affichée tout au long de l’exercice écoulé. Les Clubistes savent pertinemment, par ailleurs, qu’ils n’ont pas droit à l’erreur cette année, tant la concurrence sera rude, d’autant qu’ils ont perdu Hatem Mamlouk et Skander Nabli partis à la retraite. Deux joueurs chevronnés qui ont contribué largement au sacre de l’année dernière. Monêm Aoun, reconduit pour un nouveau bail à la tête des “Rouge et Blanc”, dispose cependant d’un effectif assez riche à même de lui permettre de pallier toute défaillance. Il a d’ailleurs emmené ses protégés à Bizerte récemment pour préparer dans les meilleures conditions la nouvelle saison. * J.S.K. Le malheureux double finaliste de la saison dernière (coupe et championnat), a vécu sa petite révolution du palais, du moins concernant son encadrement technique. L’ère Tlatli, avec ses moments de gloire et quelques désillusions sur la fin du parcours, ne pouvait durer éternellement. Le nouveau coach, Slim Ammar, parviendra-t-il à faire garder à l’équipe aghlabide son statut de redoutable compétiteur? Sur le plan de l’effectif, la J.S.K s’est étoffée avec l’arrivée officielle du Marsois Mohamed Berrejeb. Mais la question lancinante demeure la suivante: Radhouène Slimène, l’atout majeur de l’équipe, émigrera-t-il vers l’un des pays du Golfe où il est ardemment convoité? * E.Z.S. Les observateurs et autres connaisseurs sont unanimes pour soutenir que la formation zahéroise pratique certainement l’un des meilleurs baskets du pays. Elle continue également à charmer et ses inconditionnels et les férus. Paradoxalement, elle ne parvient cependant pas à forcer la décision lors des grandes et décisives confrontations, comme savaient si bien le faire les Zahérois il n’y a pas longtemps. C’est peut-être dû au rajeunissement effectué au cours des deux dernières saisons. Les Banlieusards ont gardé pratiquement tout leur effectif avec la présence de l’inamovible Lamjed N’jah qui continuera à jouer le rôle de locomotive afin d’encadrer ses jeunes partenaires et épauler le nouveau coach Outaïl Aouij, revenu au club de ses premières amours pour veiller à ses destinées techniques. * E.S.S. En voilà une équipe qui joue parfaitement les “équilibristes”. Depuis des années, en effet, l’objectif primordial des Etoilés demeure effectivement une place dans le play-off. Aussi, s’accrochent-ils au cours de la première phase réussissant quelques coups d’éclat pour assurer leur présence parmi le peloton jouant pour la consécration, avant de se laisser aller par la suite. L’exemple de l’exercice écoulé en est une preuve irréfutable, puisqu’ils ont essuyé dix défaites successives, pour autant de rencontres, au cours de la seconde phase. Qu’en sera-t-il cette année ? La formation sahélienne, qui a gardé son entraîneur Khélil Ben Ameur et le même effectif, se mêlera encore une fois à la lutte pour l’obtention d’un des six fameux sésames, permettant le passage au play-off. * E.S.R. Oubliées, paraît-il, les années passées au purgatoire. Revenue la saison dernière parmi l’élite, l’équipe radésienne a fait mieux que se défendre pour assurer son maintien. La jeune formation banlieusarde a raté, en effet, d’un cheveu l’accession au play-off. Pour cette nouvelle saison, les Radésiens sont décidés à continuer sur la même voie afin de franchir un nouveau palier. Leurs jeunes talents pétris de qualités et mieux aguerris en sont capables, d’autant que l’effectif mis à la disposition du coach Sami Houssaïni sera le même dans la mesure où Issam Ben Douissa donné partant pour l’USM a fini par revenir à de meilleurs sentiments. * C.S.C. et TACAPES Les moyens dont disposent les Cheminots tunisois et les Gabésiens ne leur permettent sûrement pas de se mêler à la lutte pour les premières loges. Aussi, se contenteront-ils d’assurer leur maintien comme ils l’ont bien réussi l’année dernière. Ces deux formations ont d’ailleurs ce point commun de puiser dans leur propre vivier afin de renforcer l’équipe fanion. Et si le CSC a choisi de changer de “tête” en recrutant un nouvel entraîneur, Naceur Mamlouk, le Tacapes a opté pour la continuité en maintenant Najeh Abid. * U.S.M. Malgré la continuité au niveau de son staff technique, l’U.S.M a connu ces deux dernières saisons une certaine régression. Et même si au cours de l’exercice écoulé, les Usémistes ont disputé le super play-off, les résultats étaient en-deçà des espérances. La stabilité de mise devrait pouvoir donner ses fruits cette saison, d’autant plus que l’équipe a enregistré un renfort (à confirmer) du jeune Marsois, l’excellent Amine Maghrebi qui s’entraîne régulièrement avec les “Bleus” mais dont le transfert ne s’est pas définitivement officialisé. * S.N. Les Potiers retrouvent l’école française à la lumière de l’arrivée aux commandes techniques du Français Alain Gay. Toutefois, tout ne baigne pas dans l’huile, à cause de la position récalcitrante de quelques piliers de l’équipe, tels que Rzig, Maâlaoui… A moins qu’un arrangement financier avec leur club n’ait été trouvé et qu’ils n’aient ainsi signé au dernier moment. Côté renforts, l’équipe s’est renforcée par l’arrivée du Goulettois Slah Ferchichi dont on ne sait encore s’il est qualifié ou non. * E.O.G.K. Après le passage de Mohamed Zaouali, l'E.O.G.K retrouve l’un de ses purs produits à la tête des affaires techniques, à savoir Abdessattar Elloumi. Ce dernier tentera de doter l’équipe, composée de jeunes talents prometteurs tels que Mokrani, Chargui, Mouhli et de joueurs expérimentés comme Lahmar (malgré son jeune âge), Nefzi, Tayeb… de la personnalité collective requise, pour qu’elle accède au palier supérieur. La seule lacune concerne le poste de pivot. Et on croit savoir à ce sujet que des efforts sont consentis pour l’enrôlement de Ben Douissa ou Erray. Il est à signaler que l’équipe goulettoise sera dirigée cette année par un nouveau président de section M. Fadhel Bouchrara, secondé par un vieux routier et une figure de proue goulettoise, M. Brahim Ben Saïd. * D.S.G. Tablant sur la continuité à tous les niveaux, notamment technique avec la reconduction de Mongi Cheour, les Grombaliens consacreront la première phase à l’apprentissage de l'élite. Question de prendre la température, avant de s'échiner à assurer le maintien. * C.A.B. Le même raisonnement est valable pour les Bizertins pris en mains cette année par une vieille connaissance des Tunisiens, le Croate Igor Tocigl qui a entraîné par le passé le cinq national. Réalisé par Wahid Smaoui et Mansour Amara


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com