Théâtre : Les aléas de la vie à «La Queue» leu leu





Artis Production donne un cycle de représentations de sa dernière pièce «La Queue» du 19 au 28 septembre au théâtre de l’Etoile du Nord. «La Queue» (le terme de file aurait mieux convenu) est la dernière création de la compagnie Artis Production. Elle est adaptée du texte «Le Premier» de Israel Harovitz par Sabah Bouzouita et mise en scène par Slim Sanhaji. «La Queue» a été donnée en première samedi à l’Etoile du Nord, qui a renoué à l’occasion avec sa vocation première de salle de représentations théâtrales. Petit événement artistique de la rentrée, cette nouvelle création réunit quatre comédiens chevronnés (Sabah Bouzouita, Sonia Zargayouna, Jamel Madani et Noômen Hamda) et un nouveau venu Bahram Aloui. Sans atteindre des cimes de créativité, «La Queue» nous a agréablement surpris. C’est une pièce drôle, tendre et cruelle à la fois. Elle met en scène cinq personnages un peu falots, un peu fêlés, prisonniers de leurs conditions sociales que le hasard réunit dans un espace clos, neutre, impersonnel, une sorte de salle d’attente, de quai de gare ou de guichet d’une administration et qui, dans cette proximité subie, révèle peu à peu leurs petits caractères, leurs histoires, leurs angoisses existentielles, leurs petites manies, leurs faiblesses humaines, un peu trop humaines. Abdelhédi (Jamel Madani), tout comme Mustapha (Noômen Hamdi), madame Joumana (Sonia Zargayouna), son époux Abdeljabbar (Bahram Aloui) ou Qatr Ennada (Sabah Bouzouita), sont des êtres anonymes, des passants qui se croisent dans un lieu indéfini et qui apprennent à se connaître et surtout à se détester. Tout les sépare (leurs parcours, leurs personnalités, leurs rêves...) mais une seule chose les unit : l’attente de quelque chose d’indéfini et de défini à la fois : la première place. Traduire : le privilège, la chance, le pouvoir ou simplement l’affirmation de soi, étant entendu que pour ces gens-là, être c’est d’abord paraître. «La Queue» (ou la file d’attente) devient alors une parabole sur la lutte qui travaille le corps social et qui ne fait pas que des gagnants. «La Queue» est donc à la fois une épreuve et un miroir : elle révèle les individus à eux-mêmes, elle dévoile leurs désirs les plus refoulés, les met à nu... N’est-ce pas là aussi la fonction de l’art, la vocation première du théâtre. Zohra ABID _______________ * Le Premier Le Premier est l’une des pièces les plus connues de Israel Harovitz, le dramaturge américain vivant, le plus joué à travers le monde. Né en 1939, il est l’auteur de nombreux scénarios de cinéma et pièces de théâtre. Parmi ses œuvres : Sucre d’orge, Clair et obscur, L’Indien cherche des Brunks, Le Baiser de la veuve... Ces pièces ont notamment été interprétées par Al Pacino, Jill Claybregh, Diane Keaton, Gérard Depardieu... Harovitz a reçu de nombreux prix dont celui de l’Académie américaine des Arts et Lettres.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com