S.T. : La révolution tranquille





Depuis son avènement à la tête du Stade Tunisien, le président Mohamed Achab ne cesse d’apporter du nouveau à tous les niveaux. Ainsi l’intéressé a-t-il commencé par mettre sur pied l’équipe seniors en un temps record grâce à des recrutements ciblés et qui ne manqueront pas d’apporter le plus escompté. Cette remise en place de l’équipe première a nécessité beaucoup de sacrifices et a fait perdre un temps fort précieux au nouveau Comité directeur. Car l’héritage était trop lourd surtout que le club était accablé de dettes envers diverses parties (joueurs, entraîneurs, hôtels, FTF fournisseurs et d’autres clubs suite à des montants de transferts non réglés). Cette situation peu enviable a nécessité la multiplication d’efforts pour éclaircir un tant soit peu les horizons du club. D’ailleurs, ce dernier n’a pu disposer de ses nouvelles recrues à temps. * Restructuration des catégories de jeunes Sitôt la situation de l’équipe première réglée, le Comité s’est penché vers un autre dossier non moins important, il s’agit de celui inhérent aux catégories de jeunes livrés à eux-mêmes par le passé au point que des intrus régnaient en maîtres absolus et faisaient la pluie et le beau temps sans compter l’influence manifeste des parents et la complicité de certains entraîneurs, aidés, il est vrai, par le fait qu’ils ne percevaient pas leurs émoluments, tout cela a fait que ces catégories ont dérivé du droit chemin et là le nouveau comité a commencé par apporter ses correctifs en confiant la direction technique à Jameleddine Naoui l’ex-gloire du club et entraîneur d’envergure même s’il n’a pas eu sa chance en Tunisie, celui-ci a succédé à Abdelwahab Lahmar très contesté au complexe du Bardo en raison d’un certain laisser-aller. Dès son arrivée, Naoui a procédé à quelques remaniements en attendant de poursuivre dans la même voie pour redonner à ces catégories leur lustre d’antan. Reste à présent à Mohamed Achab d’apporter sa contribution en évitant la nostalgie car certains anciens joueurs présents dans le complexe du Bardo ou entraîneurs n’ont plus de raison d’être surtout que leurs agissements ont beaucoup lésé le club, et à présent l’heure est au travail sain sans parti pris. Finalement les dossiers à traiter sont assez nombreux surtout ceux relatifs aux autres disciplines tels que le basket féminin et le hand-ball qui constituaient par le passé une source de fierté du club et sont à présent laissés-pour-compte. D’ailleurs et à titre d’exemple signalons que le prédécesseur de Achab n’a jamais mis les pieds dans la salle couverte du Bardo pour voir de près l’état de santé de ces deux disciplines. Maintenant il appartient au nouveau comité de poursuivre sa révolution tranquille entamée depuis le mois de juillet pour remettre le Stade Tunisien à sa vraie place. Mohamed Ali FERCHICHI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com