Le Fait/ Différence de catégorie





Cette saison, plus que jamais par le passé, les instances de notre football se sont creusé les méninges pour établir un calendrier qu’ils ont voulu inamovible. Mais, à peine trois journées sont-elles passées qu’on en est déjà aux légères modifications en attendant les vrais remaniements. C’est que deux tours de la Coupe de Tunisie de la saison dernière sont à caser, au détriment du calendrier de la saison, sans compter les compétitions internationales, et surtout la Coupe arabe dont les rendez-vous sont des plus aléatoires. Malheureusement ce n’est pas le plus gros souci que rencontre le bureau fédéral puisque tout cela est plus ou moins gérable, mais le vrai dilemme est posé, voire imposé, par les clubs eux-mêmes, surtout les grands, dont les caprices font passer des cheveux blancs à nos fédéraux. Ces derniers n’ont cessé de se plaindre d’un calendrier soi-disant démentiel, et même d’un rythme infernal pour certains puisqu’ils sont également principaux pourvoyeurs de l’équipe nationale. En jetant un rapide coup d’œil aux autres compétitions nationales à travers le monde, notamment en Europe, on constate que nos clubs sont pourtant mieux vernis. A peine les divers championnats européens ont-ils démarré, suivis de près de la Ligue des Champions, que bon nombre de clubs sont amenés à jouer au moins une dizaine de rencontres par mois. Ces clubs étant soumis aux mêmes contraintes que nos clubs et font face aux mêmes échéances. Sans oublier que leurs joueurs vont jusqu’à disputer deux fois plus de matches que les nôtres avec des championnats à 20 clubs. Et c’est justement peut-être à ce niveau que se fait la différence entre des joueurs qui vivent toute l’année au rythme de la compétition et nos joueurs qui se sont habitués à la paresse et au seul football du dimanche. Et puis entre les gens qui sont de vrais professionnels évoluant dans de véritables structures professionnelles, il n’y a au bout du compte pas photo avec ceux qui vivent dans un simulacre de professionnalisme. Chiha et virées nocturnes en sus. En somme, le problème réside au niveau de la mentalité beaucoup plus qu’autre chose. C.O.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com