Démarrage, lundi, des soldes d’été : Lèche-vitrines … à vos marques !





C’est demain que démarrent les soldes d’été qui se poursuivront jusqu’au 30 septembre. Les remises consenties par les commerçants sont assez alléchantes pour drainer de nombreux lèche-vitrines qui semblent attendre ce rendez- vous afin de renouveler leurs garde-robes. Tunis - Le Quotidien «Summer Soldes», «Videz les vitrines», «Tout doit disparaître» ... Les belles affiches annonciatrices des soldes d’été pullulent sur les vitrines de la majorité des boutiques de prêt-à-porter sises dans les principales artères commerçantes de la capitale. S’apprêtant à renflouer leurs caisses après de longs mois de vaches maigres, les 900 commerçants n’ont rien laissé au hasard. Les affiches aux couleurs vives précisant les taux de remise et les expressions de bienvenue donnent une note de gaieté aux vitrines bien garnies. Les articles les plus attrayants sont mis en valeur et bien exposés afin de mettre l’eau à la bouche des clients. Tout semble fin prêt. «Pourvu que les lèche-vitrines soient au rendez-vous», affirme le tenancier d’une boutique de chaussures sise à l’avenue de Paris. Et d’ajouter : «Les remises consenties varient de 20 à 60% en fonction de l’âge des articles. On s’attend à une grande ruée des clients puisque les Tunisiens adorent profiter de ce genre d’occasion». M. Sélim, tenancier d’une boutique de prêt-à-porter à la rue de Marseille, pense que «les soldes constituent une solution idoine pour faire de bonnes affaires et compenser ainsi un manque à gagner cumulé par les commerçants en temps normal en raison d’une faible affluence». * Les promotions, trouble-fête Certains commerçants ne s’attendent pas à de véritables bousculades aux portillons, d’autant plus que les soldes d’été tout comme ceux d’hiver sont en train de perdre leurs marques. M. Imed, gérant d’une boutique à l’avenue de Carthage, pointe un doigt accusateur vers les «parasites» qui jouent aux trouble-fêtes. Ces «parasites» ne sont autres que les commerçants qui ne participent pas aux soldes d’été mais qui trouvent des moyens ingénieux pour concurrencer leurs confrères qui y participent. Outre les promotions qu’ils sont autorisés à faire à longueur d’année, ces commerçants annoncent des avis de liquidation pour justifier les baisses spectaculaires des prix. D’autres commerçants expliquent le manque d’affluence de la clientèle par l’effet du phénomène des grandes surfaces ainsi que par l’apparition des petites boutiques de quartiers. «Jadis, le commerce du prêt-à-porter était exclusivement intra-muros. Aujourd’hui les boutiques se multiplient au niveau des quartiers populaires et même dans les villages», fait remarquer M. Romdhane Ben Jomaâ, commerçant quadragénaire en indiquant que plusieurs de ses confrères ont mis la clef sous la porte... Walid Khefifi


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com