Les détenus palestiniens en grève de la faim : L’Intifadha des prisonniers





* Manifestations de soutien dans les Territoires * Des barbecues pour briser la grève Des manifestations de soutien aux prisonniers palestiniens en grève de la faim ont eu lieu hier dans la Bande de Gaza et en Cisjordanie alors que les autorités pénitentiaires israéliennes tentaient de briser leur mouvement de protestation. Le Quotidien - Agences A Gaza, plus de 3.000 personnes ont participé à une marche de solidarité avec les prisonniers qui ont entamé une grève de la faim illimitée dimanche pour obtenir une amélioration de leurs conditions de détention. Brandissant des photos de prisonniers et des pancartes appelant à leur libération, les manifestants ont remis aux bureaux de l’ONU une lettre destinée au secrétaire général de l’Organisation Kofi Annan l’appelant à «faire pression» sur Israël pour mettre fin aux mauvais traitements dont sont victimes selon eux les détenus sécuritaires palestiniens. A Al-Khalil, en Cisjordanie une grève commerciale a été observée en signe de solidarité avec les détenus alors que des dizaines de personnes ont protesté devant les bureaux locaux du CICR pour exiger leur libération. A Ramallah, des dizaines de Palestiniens ont afflué dans une grande tente pour témoigner leur sympathie à des parents de prisonniers qui s’y sont rassemblés. Parlant à l’issue de la réunion hebdomadaire du cabinet palestinien, le ministre chargé des prisonniers Hicham Abdelrazek a annoncé que l’autorité palestinienne avait proclamé, la journée de demain journée de jeûne et de solidarité» avec les détenus palestiniens. «Nous allons en appeler à l’ONU pour que nos détenus soient considérés comme des prisonniers de guerre puisque nos Territoires sont occupés», a-t-il ajouté. * Vile manœuvre Selon la presse israélienne, les autorités pénitentiaires israéliennes tentent de briser la grève de la faim des prisonniers palestiniens en les alléchant avec des odeurs de barbecues. Des barbecues ont ainsi été organisés dans les cours de certaines prisons, des pains et gâteaux ont été préparés spécialement dans les cuisines, affirment les quotidiens Haaretz et Maâriv. Une porte-parole de l’Administration pénitentiaire a toutefois indiqué que les recours à ces méthodes ne constituent par une politique officielle tout en affirmant que les gardiens pouvaient employer à titre individuel les moyens qu’ils jugent appropriés pour briser la grève. Selon Issa Qaraqea, président du Club du prisonnier, principale association de défense des détenus palestiniens, des prisonniers israéliens de droit commun ont été transférés dans la prison de haute sécurité de Nafha (sud) pour y griller de la viande et allécher les grévistes. Le mouvement de grève, déclenché dans quatre prisons, doit s’étendre à l’ensemble des quelque 7.500 Palestiniens détenus par Israël. Qaraqea a affirmé que le chef du Fatah en Cisjordanie, Marwan Bargouthi, détenu en isolement dans la prison de Beersheva (sud), s’est joint à la grève. Selon lui, les grévistes pourraient même s’abstenir de boire pour protester contre les mesures prises par les autorités pénitentiaires afin de briser leur grève. L’administration pénitentiaire s’est empressée de sévir contre les grévistes en confisquant leurs appareils électriques - notamment les postes de télévision et de radio - , et leur interdisant de recevoir des journaux, des friandises, des cigarettes et des visites.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com