Sonia M’barek chante Mohamed Boudhina : Un bouquet d’été à Hammamet





A la fin du concert qui s’est étiré deux heures durant, une salve d’applaudissements éclata des gradins. Les fans de Sonia se sont levés. Que du respect… Et quel respect! Sonia M’barek est à Amina Fakhet ce que le bouquet de jasmins est aux branches de jasmins fleuries suspendues au-dessus de la fenêtre. La première est sobre, élégante, bien élevée, chantant juste. La seconde est spontanée, naturelle, exubérante, chantant avec ses tripes. Deux manières d’être, deux personnalités et deux gens différents. A chacune son public. celui de Sonia M’Barek est sobre, élégant, bien élevé…, et il écoute religieusement. Dimanche dernier, ce public était au rendez-vous au théâtre de plein air de Hammamet où Sonia donnait un concert de chant en hommage à la mémoire du poète Mohamed Boudhina, un natif de la ville des jasmins. Pour ce concert exceptionnel, la chanteuse s’est assurée la complicité d’un orchestre composé de quinze musiciens dirigés par le maestro Hamadi Ben Othman. Ce dernier est d’ailleurs le compositeur de sept des douze chansons interprétées par Sonia M’barek au cours de ce concert. Les poèmes de Mohamed Boudhina évoquent la brise du matin, les fleurs, les citronniers et les grenadiers, les nuits d’été, la lune, le souvenir de l’aimé, la douleur de la séparation… autant de thèmes délicieusement désuets, vaguement romantiques qui semblent convenir à la vision de Sonia M’barek, à sa sensibilité, à son tempérament, et qu’elle interprète avec autant de flamme que de retenue, mais avec beaucoup d’aisance et de joie communicative. La chanteuse, qui semble avoir pris en main sa carrière artistique, nous a paru heureuse, épanouie, légère comme une brise d’été. L’idée de chanter des poèmes de feu Mohamed Boudhina participe d’ailleurs de ce besoin de se ressourcer dans une poétique du quotidien. Cela lui réussit. Ce n’est pas le public présent dimanche à Hammamet qui nous dira le contraire. Zohra Abid ______________ * Dans les Coulisses * Décoration posthume Vers le coup de minuit, après la fin du concert, le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Loisirs, Abdelbaki Hermassi s’est rendu avec tout son cortège officiel à Dar Sébastien où s’est tenue une élégante réception. Cet espace féérique a abrité une exposition de près de 80 titres traitant des thèmes sur la poésie et la musique qu’a écrits de son vivant Mohamed Boudhina, qui nous a quittés le 4 décembre 2002. «Mohamed Boudhina a été décoré à maintes reprises. Ce n’est donc pas la première fois qu’on honore cet homme qui a tant donné. Cette médaille que je remets à sa veuve, au nom du Président de la République est destinée à sa famille», a dit le ministre lors de cette réception organisée par la famille Boudhina. La dernière fois que le poète a été honoré remonte au 7 novembre 2002 à quelques jours seulement de sa mort. Etant alité, c’est son fils Radhouane qui a reçu du ministère de la Culture le Prix 7 Novembre de la Création. * Tic…Tac! Chez Sonia M’barek, tout est tracé à la règle. Académique et ponctuelle telle qu’elle est, l’artiste a commencé à 10h00 pile. A minuit, elle boucle sa soirée avec sa dernière et douzième chanson qui figure sur le programme distribué «Taïr El Menyar». * Pour un bon artiste, de bons musiciens Pour cette soirée, Hamdi Ben Othman a sélectionné dix musiciens professionnels, tous diplômés et professeurs de l’Institut supérieur de Musique. Ils ont étoffé le «takht» permanent de Sonia, composé de cinq musiciens. * Carnet rose Sonia M’barek vient d’avoir, il y a deux mois et quelques poussières un joli poupon qui tiendra compagnie à son aîné Aziz. Elle lui a choisi comme prénom Youssef. * Cheveux dans la soupe Mais qu’est ce qu’elle est venue faire dans le gala de Sonia cette poétesse? Qu’a-t-elle ajouté dans un concert aussi sobre? Sauf qu’en déclamant n’importe comment des vers, Olfa Laâbidi a tenu à monter sur scène * Elle a son propre public Le tout Tunis intellectuel était à Hammamet pour le gala de Sonia. Abdelwaheb Bouhdiba de l’Académie de Beït El Hikma était-là. Frej Chouchane aussi. Nja Mahdaoui ne loupe jamais les concerts de Sonia. Et comme eux, ils étaient nombreux. Z.A.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com