3 questions à …M. Ridha Mokaddem, expert en commerce (en France) : Les émigrés peuvent promouvoir l’économie en consommant tunisien





M. Ridha Mokaddem, expert en commerce, a pris part récemment à la conférence nationale des Tunisiens à l’étranger. Au cours de cet entretien accordé au «Quotidien», M. Mokaddem s’exprime sur la contribution des travailleurs tunisiens à l’étranger à la promotion de l’économie tunisienne. Le Quotidien: Comment les Tunisiens résidant en France peuvent-ils contribuer à l’essor du développement en Tunisie? M. Ridha Mokaddem: Nos concitoyens en France et notamment à Marseille œuvrent continuellement à contribuer au développement économique de la Tunisie en concrétisant les grandes orientations établies par le Chef de l’Etat, dans tous les domaines (social, agricole, industriel et autres). L’épargne et le transfert des devises constituent les deux aspects essentiels inhérents à l’émigration. Mensuellement, des sommes importantes sont injectées dans l’économie tunisienne, dont l’effet bénéfique n’est plus à démontrer. Sur un autre plan, les émigrés peuvent contribuer à la promotion de l’économie tunisienne en consommant, dans les pays d’accueil, les produits tunisiens industriels et agro-alimentaires importés par le biais des circuits de distribution. Il est indéniable que les moyens de communication contemporains aident les Tunisiens à être continuellement imprégnés des valeurs et des traditions locales et d’être constamment au courant de toutes les nouveautés dans tous les domaines et de partager ainsi les mêmes intérêts et les mêmes préoccupations avec leurs concitoyens en Tunisie. Quels sont les problèmes rencontrés d’une manière générale par les commerçants tunisiens en France? R.M: Les problèmes que rencontrent les commerçants, pour accomplir leurs devoirs en tant qu’acteurs de l’économie tunisienne, relèvent de l’élargissement de la Communauté européenne et des conséquences sérieuses sur l’écoulement des produits tunisiens en France. Je pense qu’il s’agit d’une véritable guerre économique. Elle risque de déloger petit à petit les petits commerçants du circuit européen, notamment dans le domaine de l’agro-alimentaire (concentrés de tomate, conserves, dattes, olives, produits de pêche etc.). Quelles solutions envisagez-vous pour faire face à ces difficultés? R.M: Il est du devoir de la colonie tunisienne de poursuivre la «lutte» et de ne pas baisser les bras face à ces difficultés conjoncturelles. Je crois que les autorités tunisiennes sont conscientes de cette question et seront en mesure de trouver les solutions adéquates dans les meilleurs délais, peut-être en intervenant auprès de la CEE pour alléger les frais ou en accordant des subventions périodiques sur le transport, notamment durant le mois de Ramadan et les fêtes religieuses. Sur un autre plan, la femme tunisienne vivant en France doit, en faisant ses courses, remplir son couffin de produits tunisiens mais ceux-ci se doivent d’être concurrentiels. Les petits gestes de la ménagère sont d’un intérêt capital et peuvent avoir des effets bénéfiques, d’une manière directe sur l’échange commercial entre la Tunisie et la France. Entretien réalisé par Lotfi TOUATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com